À paraître

banniere_a_paraitre_1

 

 

L'économie sociale et solidaire

Un nouveau modèle de développement pour retrouver l'espoir

Jean Gatel

 

9782372630948_L_8217_ECONOMIE_SOCIALE_ET_SOLIDAIRE_couv_pDans cette tempête qui secoue le monde submergé au même instant par des crises politiques, sociales et surtout écologiques sans précédent, l’économie sociale et solidaire (ESS) est un véritable espoir. Plus qu’un ensemble d’entreprises et d’entrepreneurs, c’est un nouveau modèle de développement, et sans doute le seul qui puisse encore sauver notre planète et les humains qui la peuplent. L’ESS a dans son ADN : la résistance historique au modèle capitaliste, l’auto-organisation de la société civile, des valeurs basées sur la responsabilité et la solidarité, une capacité à répondre aux menaces environnementales, le primat de l’humain sur le profit… Elle est tout cela à la fois, dans son évolution historique et les nouvelles formes qu’elle revêt dans des pays développés ou en voie de développement, en particulier par l’intermédiaire de l’entrepreneuriat social, c’est-à-dire participant à une société solidaire et équitable. Elle est une réponse globale et majeure à la crise mondiale dans laquelle nous sommes entrés.

 

 

 

 

La vie, nouvelle génération

Neuf mois pour t'expliquer le futur

Karen Jardin-Uriot

 

0852bf52-35df-482e-a06f-4365d026bf31Entre la plume et le tube à essai, mon cœur balançait. Mais finalement, pourquoi choisir ? J’ai posé mon cartable en cursus de sciences de la vie jusqu’à devenir docteure en biologie cellulaire. Passionnée par la nature d’une part et d’autre part par la futurologie, j’ai saisi l’opportunité d’un congé maternité pour mettre des mots sur mes centres d’intérêt. Pour trouver la bonne formule afin de vulgariser la biologie avec humour entre deux échographies et faire le lien entre les sciences de la vie d’aujourd’hui et les modes de vie de demain entre les couches et les biberons.
D’ailleurs, quel meilleur moment que la grossesse pour se projeter dans le futur ? Au fil des mois, alors que les cellules reproductrices sont devenues embryon et que l’embryon est devenu fœtus c’est tout un champ de possible qui s’est ouvert à un être humain en gestation. 
Pendant des siècles chaque génération a pu prédire le devenir de la suivante dans les grandes lignes. À moins que ne survienne une crise économique majeure ou une guerre sans précédent, parents et enfants vivaient des existences assez similaires. On innovait, mais on innovait lentement…
Au XXIe siècle, plus rien de comparable. Pas un jour ne passe sans qu’on ne dévoile une innovation susceptible de bouleverser la vie quotidienne. Sur fond de leçons de science nat’ parsemé de métaphores cocasses, j’ai donc décidé d’imaginer la vie de mon « cher fœtus » lorsqu’il aura 30 ans !

 

 

 

Pouvoirs et vertus de l'intestin

Ce second cerveau qu'on ignore

Noël Mei

 

511a2537-8130-4bbc-814e-b088f25eb8a9

Depuis le début de ce siècle, une nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre et a fait florès dans les médias comme dans le landerneau scientifique : l’Homme serait doté d’un deuxième cerveau… l’intestin ! L’intestin possède un système nerveux très riche et sans équivalent dans l’organisme, abstraction faite du cerveau. Aujourd’hui, nous savons que 200 millions de neurones sont présents dans le tube digestif et que ce système nerveux entérique communique de manière étroite avec le système nerveux central. En plus de ses fonctions métaboliques et immunitaires, le microbiote intestinal prend également part à la communication entre l’intestin et le cerveau et influence le fonctionnement cérébral. Cet ouvrage fait le point sur les connaissances actuelles et nous permet de mieux comprendre le concept de « cerveau intestinal ». En partant des caractéristiques générales du système nerveux autonome, l’auteur, neurobiologiste réputé, développe les relations de l’intestin avec le système endocrinien, le système immunitaire et le microbiote. Il insiste sur l’importance des communications tube digestif-cerveau déterminant pour notre santé.

 

 

 

Comment les élites récusent le réel

Leurres et faux-semblants

Dominique Jacques Roth

 

COMMENT_LES_ELITES_RECUSENT_LE_REEL_couv_pCe livre incite les citoyens à se réapproprier une parole trop souvent confisquée par les élites pour asseoir leur pouvoir.
Les crises que nous traversons pourraient être l’ultime occasion de remiser notre assujettissement à un système « progressiste » délétère. Malgré les COP qui se succèdent, le réchauffement climatique menace l’humanité. Les décideurs ultralibéraux sont captifs d’une forme à laquelle ils devraient se soustraire sans y parvenir, à supposer qu’ils veuillent y renoncer. Obnubilés par le profit, confiants dans la science et la technique et indifférents aux conséquences de leur activité, ils récusent encore majoritairement le réel social et environnemental. 
Sur fond de fausses promesses provoquant toujours plus de désastres, de haine et de violence, ce n’est pas d’un égarement encore plus grand, illusoirement recherché du côté du numérique, des nanotechnologies, de l’intelligence artificielle, du transhumanisme ou de la colonisation d’autres planètes que viendra le salut. Face aux révoltes citoyennes qui engagent le pouvoir à plus de discernement, les « élites » continuent à céder obstinément à la science, à la technique et à l’économie. 

 

Le bien-être animal

Une autre manière de considérer et de soigner les animaux

Jean-Claude Poëncet-Rousseau

 

Animal_6L’enseignement de la médecine tant humaine que vétérinaire repose, depuis de nombreuses années, essentiellement sur l’accumulation d’informations descriptives et symptomatiques sur les pathologies. Cette médecine ne guérit pas ; elle soigne jalousement sous la férule habile d’un monde mercantile et d’une véritable inflation technologique.
Or, l’absence de maladie n’est pas la santé ! La maladie fait partie du déroulement et de l’évolution de la vie sur Terre. Le vétérinaire, en tant que praticien, se doit de réfléchir au fait que la guérison, le maintien et la prévention de la vie l’interpellent au niveau de sa conscience morale. L’animal malade, « souffrant », invite le praticien à penser aux causes réelles du processus morbide en cours. Un dilemme entre connaissance et conscience s’engage alors.
Ce livre, composé de plusieurs textes et témoignages d’éleveurs, rend hommage aux travaux du docteur Leo Selinger, lui-même inspiré par l’œuvre scientifique de Rudolf Steiner, docteur en sciences et philosophe, qui pratiqua et enseigna une approche élargie de l’art médical vétérinaire faisant largement appel à l’étude rigoureuse de l’anatomie et de la physiologie animales.
Rarement le mot de « médecine holistique » eut autant de sens quant à cette approche à la fois scientifique et spirituelle du vivant.