À paraître

À paraître

 

L-Occident-malade-de-sa-medecine

18 janvier 2018 

 

Christian Portal

L’OCCIDENT MALADE DE SA MÉDECINE

Pollution, coûts, effets indésirables

 

Le domaine de la médecine est parsemé de scandales, etc. Les laboratoires sont d’abord préoccupés par leurs profits… Si des améliorations sont incontestables, les moyens mis en œuvre ne sont pas toujours en rapport avec les résultats visibles. Ce livre nous montre comment les coûts exorbitants et les effets médiocres devraient nous inciter à réorienter nos pratiques médicales vers des démarches plus respectueuses de la vie, moins toxiques et moins coûteuses.

 

 

La-fin-du-monde-plat
18 janvier 2018
 
 

Alexandre Rojey

LE MONDE QUI VIENT

L’humanité a-t-elle un avenir ?

 

Inventoriant les domaines à reconquérir portant aussi bien sur la promotion des échanges économiques indépendants de la course aux profits que sur l’établissement d’une démocratie juste et solidaire où chacun trouve sa place, ce livre invite à construire un système foncièrement alternatif. Loin des poncifs et des idées reçues, il propose des solutions concrètes pour un avenir viable. Un monde meurt, mais quel monde va naître ?

 

 

unnamed
25 janvier 2018
 
 

Pierre Fontaine

DE QUOI MACRON EST-IL LE SYMBOLE ?

L'ambiguïté du discours présidentiel 

Les parallèles possibles entre le parcours d’Emmanuel Macron et celui du héros grec Œdipe paraissaient trop évidents pour ne pas pousser un peu la réflexion sur le sujet. Au cœur de ce questionnement revient sans cesse la même interrogation : à quel point Emmanuel Macron est-il sincère ? Dans quelle mesure cet homme brillant, cultivé, précoce, est-il conscient de ce qu’il dit et fait ? Œdipe ne veut pas le mal, mais il est trop aveuglé pour voir qu’il en est l’objet et l’instrument. Il ne s’agit pas de condamner, mais si la parole du président se veut rare, elle est pourtant chaque fois qu’il intervient révélatrice de sa vraie nature.

 

 

Ecologie-et-feminisme

8 février 2018

 

Françoise d’Eaubonne

ÉCOLOGIE ET FÉMINISME

Révolution ou mutation ?

Préface Serge Latouche – Postface Caroline Goldblum

 

Dans cet ouvrage initialement paru en 1978, mais d’une actualité brûlante, l’auteure remet radicalement en question la notion de croissance, économique et démographique, dénonçant le capitalisme comme stade ultime du patriarcat. La surpopulation et l’épuisement des ressources illustrent l’« illimitisme » caractéristique de ce qu’elle nomme le « système mâle », et elle est l’une des premières à affirmer qu’il faut préserver ce qui reste encore de l’environnement, sous peine de mort. Dans ce combat universel, les femmes, fortes de leur longue expérience d’exploitation, ont un rôle déterminant à jouer.

 

 

RepenserHabitat_1

22 février 2018

 

 

Ouvrage collectif - Collection Autonomia

Coordination Mathias Rollot et Florian Guérant

REPENSER L’HABITAT

Alternatives et propositions !

 

Habiter a toujours été une préoccupation majeure. Cet ouvrage collectif met en avant quelques propositions d’architectes, d’urbanistes ou de paysagistes dans ce domaine. Il s’agit d’envisager des pratiques et des visions d’un monde pouvant s’accorder avec les disciplines architecturales, urbaines et environnementales. De créer de nouvelles manières de « faire avec » les lieux, les habitants et les habitudes en place pour porter un nouveau regard sur les paysages et les identités qui composent notre habitat par-delà les frontières du simple logement. De faire en sorte que nous puissions nous emparer de la ville pour nous en restituer toutes les facettes, tous les secrets.

 

 

PublicinterPriv_2

22 février 2018

 

Vincent Le Coq

PROJETS PUBLICS, RÉSEAUX PRIVÉS

Une mobilisation citoyenne pour refuser l’arbitraire

 

Chaque année en France, le développement de projets d’activité commerciale, d’infrastructures de transport et de logements détruit environ 100 000 ha de terres agricoles. Les projets inutiles sont de plus en plus contestés. Ainsi, l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes n’a abouti ni par la force, ni par la ruse… Cet ouvrage propose un véritable laboratoire d’idées qui se pratique au quotidien en refusant matérialisme et consumérisme, dans une volonté d’autonomie. 

 

 

1reCouvManifesteDemain_1

1 mars 2018

 

 

Philippe Bertrand

Manifeste pour demain

L’économie sociale et solidaire, la voie d’avenir ?

Préface Michel Onfray

À travers une série d’expériences concrètes à l’échelle locale, cet essai nous fait découvrir le foisonnement des initiatives dont la majorité relève de l’économie sociale et solidaire. Bien que cette économie ne soit pas neuve – 150 ans pour les coopératives, un bon siècle pour les mutuelles et les associations –, elle porte les germes d’innombrables solutions aux maux actuels : éducation, santé, logement, emploi, production, consommation… aucun secteur de vie n’est oublié.

Malgré cela, de nombreux blocages freinent le déploiement de ces méthodes dans une société dominée par l’économie libérale et il est d’autant plus primordial de mettre en avant leurs avantages, de leur donner une autre envergure en les partageant, en suscitant un réel débat démocratique et en apportant des pistes pour qu’elles se développent.

La société de « demain » est déjà en route avec ses emplois relocalisés, ses coopératives d’activités, ses structures d’insertion, ses nouvelles énergies, ses espaces de travail partagé et son interactivité entre les villes et les campagnes.

 

 

AbolirPrisonCouv_1

5 avril 2018

 

 

Tony Ferri

Abolir la prison

L’indispensable réforme pénale

 

Loin des poncifs habituels sur la prison, cet ouvrage fait le constat de l’échec de notre système carcéral criminogène qui ne fait que générer des réflexes de délinquance et de rejet de la société. Ce modèle, à bout de souffle engendre le contraire de ce qu’il veut promouvoir ; il n’apporte aucune réponse aux problèmes d’incivilité et ne fait qu’accroître la souffrance, la désocialisation, la contamination du crime des uns aux autres, la radicalisation des comportements. Les détenus emmagasinent de telles doses de frustration que cela les pousse à commettre des violences à l’intérieur même de la prison ou à passer à l’acte dès leur libération.

On aura beau construire de plus en plus de prisons, elles ne pourront que générer toujours plus de surpopulation carcérale, de promiscuité, de haine et donc de récidive.

Renverser notre raisonnement sur l’enfermement, c’est d’abord se poser la question de l’indemnisation des victimes, puis celle de la réinsertion des condamnés.

Il faut donc réfléchir à de nouvelles conditions d’organisation et de fonctionnement du confinement, et à la création de nouveaux espaces de retenue pour une minorité de gens. Bref, réorganiser de fond en comble notre manière d’envisager la privatisation de liberté… Et promouvoir d’autres formes d’accompagnement pénal et social qui tiennent compte de la personne et qui prennent le parti de la réconciliation, tant entre les délinquants et leurs victimes qu’entre le coupable et la collectivité.